ACCUEIL‎ > ‎ARTICLES‎ > ‎

Probiotiques

publié le 30 nov. 2013 à 19:18 par J. Sacré   [ mis à jour : 5 déc. 2013 à 20:02 ]

Qu’est ce que les probiotiques?

A quoi servent ils?

Où peut on en trouver?


Une flore bactérienne ou microbiote désigne les milliards de bactéries d’espèces différentes appelées symbiotes qui envahissent la muqueuse d’un organe et qui vivent en parfaite harmonie (symbiose), tant que l’individu est en bonne santé.

Et donc, à chaque organe correspond une flore bactérienne spécifique comme la flore intestinale, pulmonaire, buccale, vaginale, cutanée....

Il y a longtemps déjà, les microbiologistes ont constaté que la composition de la  flore intestinale d’un individu sain différait de celle d’une personne malade et ont découvert qu’en consommant de la levure vivante ou des bactéries lactiques, l’organisme luttait contre la prolifération des bactéries pathogènes.

C’est ainsi qu’ont été mis en évidence les probiotiques, ces micro-organismes vivants qui assurent et maintiennent l’équilibre de la flore bactérienne digestive entre autres.

En effet, les probiotiques sécrètent des enzymes qui facilitent le métabolisme d’aliments indigestes (lactose, amidon…), produisent des vitamines, augmentent l’absorption des acides gras, des protéines et des minéraux, stimulent les défenses naturelles de l’enfant et de l’adulte, réduisent le processus inflammatoire en cas de maladies intestinales ou d’allergies, renforcent la fonction de barrière de la muqueuse intestinale en augmentant la production de mucus ou d’anticorps ou se substituent aux bactéries pathogènes tout en les empêchant de se fixer aux parois intestinales.

Mais lorsque l’individu est stressé, a de mauvaises habitudes alimentaires, est infecté par un agent pathogène d’origine bactérienne, virale, fongique ou suit un traitement médical par antibiotiques..., lorsque son système immunitaire est déficient, l’équilibre du microbiote est perturbé, provoquant l’apparition de diarrhées, de vaginites en cas de déséquilibre de la flore vaginale, de cystites en cas d’anomalie du microbiote urinaire…

De nombreuses études scientifiques n’arrêtent pas d’établir des liens entre différentes pathologies et le déséquilibre de la flore bactérienne, ce qui explique l’engouement des probiotiques et le fait qu’on les recommande pour :

- pour prévenir et traiter la diarrhée infectieuse causée par un virus, une bactérie ou un parasite, en plus de la réhydratation à l’aide d’une solution saline. La plus courante des diarrhées est la gastro-entérite d’origine virale, fréquente l’été et au mois de décembre aussi bien chez les enfants que chez les adultes.

- pour prévenir la diarrhée du voyageur due généralement à la bactérie Escherichia Coli.

- pour prévenir le risque de diarrhée lors de la prise d’antibiotiques chez les personnes sensibles ou autre traitement médical (radiothérapie, corticothérapie..).

- pour prévenir les infections nosocomiales, c’est-à-dire celles contractées à l’hôpital.

- pour traiter les symptômes du syndrome du colon irritable comme les ballonnements, les douleurs abdominales.

- pour faciliter la digestion, régulariser le transit intestinal en cas de constipation.

- pour prévenir les rechutes de colite ulcéreuse.

- en cas d’infections causées par l’Hélicobacter pylori provoquant gastrites et ulcères gastro-duodénaux, en complément des antibiotiques et de l’anti-ulcère prescrits.

- pour traiter les infections vaginales récidivantes souvent dues au déséquilibre de la flore vaginale.

- pour prévenir l’eczéma atopique des enfants à risque.

- pour renforcer le système immunitaire en cas d’infections des voies respiratoires comme la rhinite allergique infantile, des voies urinaires....


On distingue parmi les probiotiques:

- les bactéries dites lactiques car elles produisent de l’acide lactique et servent à la production de certains aliments (yaourt, choucroute, miso…) comme les lactobacilles du genre lactobacillus (L.), les bifidobactéries du genre bifidobacterium (B.), certains streptocoques du genre streptococcus.

- la levure de bière active ou “vivante”, constituée de champignons microscopiques du type saccharomyces cerevisiae ou boulardii , qui, une fois séchée à froid, donne une poudre particulièrement riche en vitamines du groupe B et en protéines.


On parle aussi de prébiotiques, des oligosaccharides qui arrivent non digérés dans l’intestin, là où les probiotiques vont finalement les métaboliser. Le plus fréquent des prébiotiques est l’inuline, extrait de la racine de chicorée mais il y en a naturellement dans l’ail, l’oignon, les asperges, le blé....ils favorisent la production de probiotiques.

Les symbiotiques, eux, sont des produits renfermant à la fois des pré et probiotiques.


Beaucoup d’aliments sont obtenus par fermentation à partir de bactéries ou de levures pour optimiser leur conservation. Dans la plupart des cas, ces micro-organismes sont détruits en cours de fabrication, la nature des bactéries vivantes et actives n’est pas toujours précisée sur l’étiquette d’emballage  et la teneur en bactéries ou levures varie fortement d’un produit alimentaire à l’autre. Les meilleures sources de probiotiques alimentaires sont le yaourt et les autres laits fermentés (kéfir* de lait…) aux goûts variés selon le lait (vache, jument, brebis..) et le processus de fermentation utilisé. Mais on en trouve également sur la croûte de certains fromages fermentés comme le munster, le camembert ... ou des fromages à pâte molle style roquefort…Tout comme il y en a dans certains légumes fermentés (choucroute, cornichons, olives, miso et tempeh…qui sont des pâtes à base de graines de soja…), dans certaines charcuteries et boissons fermentées (kéfir*de fruits, bière…). Des industries alimentaires vont même jusqu’à en rajouter à leurs produits finis comme les céréales, les jus de fruits...

* le kéfir de lait ou kéfir de fruits est obtenu à partir de grains de kéfir, agrégats composés de bactéries et de levures actives vivant en symbiose.

Or ces micro-organismes, pour être qualifiées de probiotiques bénéfiques pour la santé, doivent être vivants et doivent résister à l’acidité de l’estomac pour arriver dans l’intestin en concentration suffisante. Dès lors, il vaut mieux avoir recours aux bactéries lactiques lyophilisées (séchées à une température < à 40°C) ou à la levure de bière Boulardii sous forme déshydratée pour que ces micro-organismes restent viables, redeviennent actifs au contact de l’organisme et soient efficaces. On en trouve sous forme de capsules, le plus souvent entérosolubles (qui vont se déliter dans l’intestin), ou sous forme de poudre à mélanger avec un liquide.

Ces compléments alimentaires sont faits à partir de souches de levures (Cerevisia°...) ou à partir de souches mélangées de L. casei, L. acidophilus, L. rhamnosus, B. lactis, B. longum, stretococcus thermophilus...(Probactiol°, Bacilac°, Lactibiane° , Probiotical°…+ Progyn°, Bacilac fémina°...pour une protection de la flore intime) et contiennent entre 2, 4 et 6 voire 25 milliards de bactéries ou d’UFC (unités formatrices de colonie) par dose.


Pour prévenir et traiter la diarrhée, un des principales indications, il faut prendre 6 à 12 milliards de bactéries lactiques ou 10 à 30 milliards de levure de bière Boulardii. On conseille à une personne sous antibiotiques de prendre des probiotiques pendant et après le traitement, à 2h. d’intervalle. Sinon, on recommande généralement une dose de 1 milliard de bactéries probiotiques en cure de 10 à 15 jours par mois ou pendant tout le voyage (même au-delà pour les voyageurs), pour avoir un impact significatif sur la santé.