ACCUEIL‎ > ‎ARTICLES‎ > ‎

Hypertension artérielle (HTA)

publié le 6 avr. 2013 à 12:03 par J. Sacré   [ mis à jour : 30 oct. 2013 à 19:47 ]

Qu’est-ce que l’hypertension artérielle?

Pourquoi l’hypertension est-elle dangereuse?

Comment traiter l’hypertension?

L’hypertension ou tension artérielle élevée, cela signifie que les parois des vaisseaux sanguins subissent en permanence une pression trop importante chaque fois que le sang est expulsé du coeur via les artères vers toutes les parties du corps.

Plus la pression est élevée, plus le coeur doit pomper!

Quand le coeur se contracte, la tension artérielle normale d’un individu (ou pression systolique, P.A.S) est de 120 mmHg*. Quand le coeur se relâche, elle est de 80 mmHg, c’est la pression diastolique (P.A.D).

* L’unité de mesure de la pression artérielle est le millimètre de mercure.

Une tension artérielle est dite élevée lorsque la P.A.S est supérieure ou égale à 140 mmHg et la P.A.D supérieure ou égale à 90 mmHg.

Une hypertension légère n’occasionne généralement pas de symptômes mais lorsqu’on a fréquemment des maux de tête, des étourdissements, des palpitations cardiaques, des douleurs thoraciques, des saignements de nez..., il vaut mieux contrôler sa tension artérielle. En effet, plus la pression artérielle va être forte, plus elle va endommager le coeur et les vaisseaux sanguins d’organes essentiels tels que le cerveau, les reins...

Et, si l’hypertension n’est pas contrôlée et traitée, cela peut entraîner une insuffisance cardiaque avec un risque d’infarctus, un anévrisme (sorte de renflement au niveau des vaisseaux) avec un risque de rupture, une hémorragie cérébrale avec un risque d’AVC, une insuffisance rénale, voire la cécité...

On constate que dans le monde, une personne sur trois est hypertendue et que l’hypertension artérielle est un des principaux facteurs de risque de morbidité et de mortalité cardio-vasculaires, cérébro-vasculaires et rénales.

D’où l’importance de diagnostiquer au plus vite l’hypertension artérielle pour éviter une HTA sévère avec retentissement sur le coeur, le rein et l'oeil!

Seule la prise régulière de la pression artérielle dans de bonnes conditions permet de détecter une HTA modérée et une mesure bi-mensuelle pendant 3 mois est nécessaire.

Il faut aussi tenir compte de facteurs à l’origine de l’hypertension comme le stress, le tabagisme, l’abus d’alcool, le manque d’activité physique, une alimentation déséquilibrée, l’obésité, le diabète de type 2, l’hypercholestérolémie, la ménopause (et/ou la prise de certains médicaments hormonaux)....ou encore de facteurs génétiques (on décrit des familles d'hypertendus).

Bien souvent, certaines personnes arrivent à contrôler leur tension artérielle en changeant simplement leur mode de vie comme combattre la surcharge pondérale, consommer moins de graisses animales, moins de sel et davantage de fruits et de légumes...( lisez le conseil naturel du pharmacien - avril 2013)

Pour d’autres, par contre, ces changements ne suffisent pas. Il faut ,en plus, instaurer un traitement médicamenteux sous contrôle médical régulier, en tenant compte de l’importance de l’élévation de la pression artérielle, du risque cardio-vasculaire global et/ou de la présence d’une atteinte organique.

En cas d’hypertension non compliquée, on donne d’abord un diurétique thiazidique à faible dose, surtout en cas d’hypertension systolique. L’effet antihypertenseur des diurétiques persiste, même si l’effet diurétique n’est plus perceptible après quelques semaines. Cependant, pour atteindre l’objectif tensionnel de 140/90 mmHg, il faut dans bon nombre de cas, associer le diurétique à une autre classe d’antihypertenseur : un bétabloquant, un antagoniste du calcium, un inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA) ou encore les sartans, lorsque le patient développe une toux tenace sous IECA.

Généralement, l’antihypertenseur est administré en une seule prise journalière, en s’assurant que la diminution de la pression artérielle est bien maintenue pendant les 24 prochaines heures. En début de traitement, il peut y avoir un risque d’hypotension artérielle surtout orthostatique qui s’estompe après quelques jours. Chez les personnes âgées, on augmente souvent la dose progressivement. Sachez aussi que l’effet de la plupart des antihypertenseurs est diminué par les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Malheureusement, un patient, qui doit prendre un médicament contre l’hypertension, le prend généralement ad vitam aeternam.